Servir avec les Foulards Blancs

Venir à Lourdes avec la Communauté des Foulards Blancs, c’est venir servir le temps d’une semaine pendant l’été un pèlerinage. Lors de ces permanences réparties sur juillet et août, on vit, sert et prie ensemble.

ivre ensemble, car la Communauté des Foulards Blancs accueille les scouts des différents mouvements de scoutisme catholique. On y vit comme pendant la Route, à tour de rôle chacun est responsable de la cuisine, de la vaisselle, de l’organisation de la veillée, etc… On n’y vit pas qu’entre scouts, puisqu’à travers le service on côtoie la vie des malades: partager un temps d’attente avant une célébration, participer au service à table et parfois faire les réveils et les gardes de nuit.

Servir ensemble, c’est ce que l’on vient chercher lorsque l’on vient servir à Lourdes. Bien souvent, on pense que servir, c’est le brancardage et emmener des personnes d’un endroit à un autre. Le service, c’est avant tout venir à la rencontre de l’autre et se laisser transformer par cette rencontre. C’est une double rencontre, d’abord celle de celui qui souffre puis à travers elle celle du Christ. Cette rencontre peut être furtive: un regard, un sourire, un mot gentil ou plus approfondi: une discussion, un temps de prière, un passage aux piscines. Cette rencontre on ne la vit pleinement que si on sait se rendre disponible et accueillir ceux qui nous entourent.

Prier ensemble, car ce temps de service s’inscrit également dans une démarche pèlerine. Outre le fait que les journées sont rythmées par la prière du matin et celle du soir face à la grotte. Les permanences suivent un pèlerinage diocésain ou le pèlerinage national, il est donc possible de suivre le déroulement d’un pèlerinage à Lourdes avec la messe quotidienne, le chapelet, l’adoration, la réconciliation et la procession mariale. Parfois, c’est le service qui nous amène à la prière lorsque l’on accompagne un malade aux piscines ou aux chapelles de lumière.

C’est pour toutes ces choses que je reviens à Lourdes chaque année, que j’ai choisi de prendre mon foulard blanc et de m’engager auprès de cette communauté. Ce qu’on vit à Lourdes nous enrichit et nous fortifie dans notre foi. C’est une grâce de pouvoir y revenir chaque année y déposer ce qui parfois nous pèse et nous peine. Nous sommes tous malades de quelque chose et Notre-Dame est là pour nous réconforter et nous donner l’impulsion pour l’année à venir.

Sainte Bernadette disait : « Je suis le balai dont la Vierge s’est servie. Qu’est ce qu’on fait d’un balai lorsque l’on a fini de s’en servir ? On le range derrière la porte. » Demandons la grâce d’être à notre tour le balai de la Vierge : disponible pour le service et toujours à portée de main. Sachons prendre notre place auprès de Notre-Dame et accepter avec humilité les tâches qui nous sont confiées.

Paul L. – FB

Une permanence nationale aux Foulards Blancs.

J’ai eu le plaisir de découvrir Lourdes cet été, la ville sur les pas de Sainte Bernadette, le sanctuaire et les malades avec la Sainte Vierge. Quelle aventure humaine inespérée!

Chacun y vient comme il est : avec son histoire, son sourire et l’envie de rencontrer les pèlerins pour cheminer à leur côté. La vie de communauté avec les Foulards Blancs est une grâce donnée en plus.

Quelle joie d’y rencontrer des anciens emplis de souvenirs et avides de les partager, des nouveaux de tous horizons scouts bientôt unis par le service, la prière et la vie de camp, et d’être choyé par notre cheffe de permanence.

Avec deux amis, nous avons relevé le défi de nous retrouver pour l’été, très loin de notre chère Normandie. Quelques clics nous permettent de nous inscrire, puis l’attente comme une préparation intérieure des cœurs. A l’approche de l’été, notre cheffe de permanence nous sollicite par messages et nous transmet quelques consignes et s’informe régulièrement du moral des troupes. A quelques jours du départ, les sacs sont prêts et l’excitation nous gagne. Les uns arrivent par leur propre moyen – vélo, voiture, car, train – tandis que d’autres débarquent aux côtés des malades par les lignes ferroviaires réservées.

L’installation au camp des jeunes et l’appropriation de ce nouveau lieu de vie sont rapides, moins qu’il n’en faut pour monter les tentes et repérer les blocs sanitaires, la cuisine et notre lieu de veillée, le tout promet confort et bonne ambiance. De plus, nous rencontrons d’autres jeunes : pelé soleil, espoir, sourire, et d’autres scouts venus campés en unité. Nos voisins n’auront de cesse de pimenter nos repas – bonne humeur garantie.

Cette année est un peu particulière pour l’accueil des pèlerins sur le sanctuaire… Les piscines sont fermées et remplacées par le symbolique “geste de l’eau”, souvenir du labeur de la jeune Soubirous à la grotte de Massabielle ; les brancardiers œuvrent de pair avec un hospitalier au service d’un pèlerin attitré. Dans l’ensemble, moins de personnes malades sont accueillis mais j’ai l’impression que la qualité de l’accompagnement est au rendez-vous. C’est aussi l’occasion de rencontrer ces malades personnellement tout au long de la semaine et vivre intensément avec elles ce pèlerinage. En résumé, des rencontres fortes se développent au cours du séjour, en témoignent les larmes partagées et les embrassades la veille du départ.

Point météo lourdais, il fait bon vivre près des Pyrénées, sauf lorsque la bruine s’installe dans la vallée ou pire selon moi, que le soleil entre dans la danse. Heureusement nous bénéficions d’un temps couvert et lumineux la plupart du temps.

Du relief, je porte à votre attention deux points remarquables. D’une part la belle côte qui relie le village des jeunes au sanctuaire, au choix par l’allée des hôtels ou le chemin de croix. D’autre part, les ponts qui mènent à l’une des quatre chapelles du sanctuaire. Autant d’occasions de mouiller la chemise, je vous laisse le soin de vous faire une idée par vous même !

Dans l’ensemble, une semaine dense rythmée par le service aux malades et ponctuée de prières et de temps fraternels, source de joie et d’apaisement. Quelques mots ne suffisent pas à retranscrire l’état d’esprit que nous partageons lors de notre dernière escapade dans les monts environnants. Nous sommes simplement ravis du temps donné, des amitiés nouées, et plein d’espérance pour l’avenir. 

Merci à tous, de notre aumônier à notre cheffe de permanence, en passant évidemment par les anciens qui nous rendent visite et les joyeux bénévoles de cette année. J’espère de tout cœur vous croiser bientôt ou mieux encore, l’été prochain en pays occitan.

Fraternel salut scout <3

Dylan

Un été 2020

La statue de la Vierge, dans la grotte de Lourdes

Ça y est l’été est là, et apporte cette année son lot de joies simples : joie de participer à la messe, joie de voir ces images du sanctuaire de Lourdes de nouveau parcouru par les pèlerins, joie de pouvoir se retrouver 🎉
Ce retour vers la normalité ne nous fait pas oublier que les plus vulnérables face à la situation sanitaire qui persiste sont ceux que nous avons l’habitude de servir lors de nos pèlerinages à Lourdes. Face à ce constat douloureux mais réaliste, les diocèses de Grenoble, La Rochelle-Saintes, Besançon-Belfort-Montbéliard et Le Havre ont annoncé l’annulation de leur pèlerinage diocésain, entraînant par la même occasion l’annulation des permanences Foulards Blancs.
Une belle occasion de se réjouir néanmoins : le Pèlerinage National des assomptionnistes sera maintenu cet été ! Il se tiendra bien évidemment dans des conditions particulières, et le maintien de la permanence Foulards Blancs est en discussion.
Pas facile d’accepter que cet été, notre service ne prendra pas sa forme habituelle, près des chaises bleues et de leurs couvertures pimpantes. Heureusement, d’autres alternatives fleurissent pour faire résonner différemment les trois piliers des Foulards Blancs : servir ensemble, prier ensemble, vivre ensemble.
Chacun peut personnellement retrouver le chemin du service là où il est, en reprenant contact avec les personnes rencontrés en pèlerinage ou en se proposant auprès des paroisses pour être mis en contact avec des personnes isolées.
Depuis le confinement, le sanctuaire de Lourdes continue d’accompagner nos intentions de prières en faisant brûler des bougies, grâce à l’initiative « Une flamme, une présence » 🔥 qui permet de faire allumer un lumignon et de se joindre à la communauté de pèlerins dans la prière. Rendez-vous ici : https://www.lourdes-france.org/une-flamme-une-presence/
Enfin les Foulards Blancs ne manqueront pas de se retrouver au cours de la période estivale pour continuer de faire vivre et grandir la fraternité FB jusqu’à la rentrée 2020. 📆😎
A bientôt pour de nouvelles aventures 🌟

Décès de Dominique de Saboulin

Dominique de Saboulin avec sa femme Solange

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de Dominique de Saboulin.

Dominique a été chef du Clan Notre-Dame de Lourdes au sein des Foulards Bleus et a oeuvré, aux côtés de sa femme Solange, pour la réunification des Foulards Bleus et des Foulards Blancs. Il a notamment été le premier Foulard Bleu à recevoir son Foulard Blanc. Dominique et Solange ont servi à Lourdes jusqu’en 2017. Ses obsèques ont été célébrées le 4 décembre.

Quitter la version mobile