Message du Padre pour le Carême 2017

La grâce de venir ici pendant quarante jours…

 

 

Combien de fois n’abordons-nous pas le Carême avec les pieds lourds… nous pensons aux mortifications de ce temps de pénitence et de conversion et nous traînons les pieds. Et pourtant « qu’ils sont beaux les pieds du messager de bonnes nouvelles qui annonce le salut ! » (Is 52,7) : il faut que nous nous élancions, joyeux, dans ces quarante jours pour témoigner ainsi qu’il s’agit d’un Carême de grâce qui nous conduit de manière sûre au salut qui éclate dans la nuit de Pâques !

S’il m’était permis de plagier les paroles de la Sainte Vierge à Bernadette, j’aurais envie de dire que le Seigneur Jésus Christ lui-même nous adresse cette invitation : Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quarante jours ? Bernadette a répondu, malgré les obstacles, avec joie et détermination à cette invitation. Ne répondrons-nous pas avec la même joie et la même détermination à cet appel de son divin Fils ? Bien sûr, comme pour la voyante de Lourdes, les obstacles ne manqueront pas pour éprouver la fidélité de notre réponse. Mais comme pour elle, la grâce ne nous fera pas défaut.

La première de ces grâces dont le Seigneur veut nous combler pendant ces quarante jours réside dans le « ici ». Chaque année, à la suite de Bernadette, nous nous déplaçons en pèlerinage à Lourdes pour servir et prier. En ce sens, le Carême est plus aisé : le « ici » du Carême est là où nous vivons. Il n’y a pas de pèlerinage plus aisé que celui-là !

Dans la continuité de notre service à Lourdes, nous pouvons vivre ce Carême comme un temps de grâce de service et de prière. C’est ce que nous rappellent les trois moyens sacrés que l’Eglise nous offre : le jeûne, la prière et l’aumône. C’est aussi ce que nous redit le Saint Père dans son message pour le Carême de cette année. Il nous invite, à la lumière de la parabole du riche et de Lazare (cf. Lc 16,19-31), à voir l’autre comme un don. La grâce de Lourdes nous permet, quand nous y sommes en service, de voir nos frères malades non comme un fardeau mais comme un vrai don : celui du visage du Christ souffrant que nous pouvons et devons servir et aimer. Peut-être que l’enjeu de conversion de ce Carême est de voir en toute personne un vrai don : « Toute vie qui vient à notre rencontre est un don et mérite accueil, respect, amour » (Message pour le Carême 2017). Cette expérience de grâce nous ne pourrons la vivre ici, c’est-à-dire partout où nous vivons et à tout moment, que si nous accueillons pendant ce Carême la Parole de Dieu comme un don et une nourriture.

 

Cette année, le Bureau des Foulards Blancs vous propose de prier tous les samedis du Carême pour les malades, les hospitaliers que nous accompagnons ainsi que pour notre Communauté et chacun d'entre nous ! Vivre le Carême avec les Foulards Blancs 

 

Bon Carême à tous ! 



Ajouté le 01/03/2017 par Aumônier FB - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA